Membres d'Honneur

  • Cote_ivoire.png
  • Burkina_Faso.png
  • Togo.png
  • Gabon.png
  • Senegal.png
  • Mali.png
  • ass shengen.jpg
  • Elysee.png
  • Benin.png
  • Commission_Europeenne.png
  • Guinee.png
  • Ghana.png
  • Nelson_Mandela.png
  • CEDEAO.png
  • UEMOA.png
  • Emile_Derlin_Zinsou.png

Histoire:

La République togolaise, est un pays d’Afrique de l'Ouest dont la population est estimée en 2017 à environ 7,6 millions d’habitants pour une densité de 133 hab/km².

Le Togo est l’un des plus petits États africains avec 56 785 km2, s’étirant sur environ 700 km du nord au sud avec une largeur n’excédant pas 100 km, limité au nord par le Burkina Faso, au sud par le golfe de Guinée, à l'est par le Bénin et à l'ouest par le Ghana. Cette faible superficie n’empêche pas le Togo d’être reconnu pour la grande diversité de ses paysages (une côte de sable fin bordée de cocotiers au sud, des collines, des vallées verdoyantes et des petites montagnes dans le centre du pays, des plaines arides et de grandes savanes plantées de baobabs au nord).

Le Togo fait partie de la CEDEAO.

Le Togo acquiert son indépendance complète, le . Antérieurement, l’autonomie interne remontait au , avec l'institution de la République autonome du Togo.

Sylvanus Olympio devient président. Sous l’instigation du commandant français Georges Maitrier, chef de la gendarmerie nationale et conseiller du président dont le contrat de coopération arrive à terme, 626 vétérans togolais de l’armée française, dont une grande partie a combattu en Indochine et en Algérie, demandent à être intégrés dans les forces de sécurité togolaises qui comptent 300 membres. Sylvanus Olympio refuse. Ils le destituent dans un coup d’État, le , dans lequel Olympio trouve la mort. Par ailleurs, avant son assassinat, Sylvanus Olympio avait un important projet, celui de retirer le Togo du Franc CFA.

Nicolas Grunitzky est porté au pouvoir. Quatre ans plus tard, à la suite d’un autre coup d’État, il fuit le pays. Il meurt le  à Paris dans un accident de voiture.

Kléber Dadjo est président éphémère du Togo du 14 janvier au 14 avril 1967. Colonel, il est présenté comme le chef de la junte militaire qui prend le pouvoir le 13 janvier 1967 à Lomé. Il est déposé lui-même par le sergent Étienne Gnassingbé Eyadema, qui impose une dictature au Togo pour quatre décennies.

Aperçu de l’économie :

L’économie du Togo repose essentiellement sur la culture vivrière qui représente l'activité de 65 % des travailleurs. Le reste de la main-d’œuvre (30 %) vit de la culture du cacao, du café, du coton mais surtout des mines de phosphates qui sont vitales au pays. Le Togo est d’ailleurs le cinquième producteur mondial de phosphates. Le pays est au palmarès des sept premiers producteurs africains de coton au milieu des années 2010.

À l’instar de nombreux pays africains (SénégalÎle MauriceNamibie), le Togo s’est doté d’une zone franche dès la fin des années 80. Ainsi, dans cette zone sont implantés des sociétés pharmaceutiques, des fabricants d’huiles végétales, des assembleurs informatiques, des distributeurs de produits cosmétiques, des prothésistes dentaires ou des entreprises de transport routier…

Depuis le début du conflit en Côte d'Ivoire, le Togo est devenu une plateforme portuaire très importante pour les opérateurs de l’ouest africain. Le port de Lomé, seul port en eau profonde de la sous-région, est donc une zone franche qui ne cesse de se développer rapidement. Le trafic conteneurisé (par conteneurs) à Lomé a doublé en trois ans pour atteindre 212 000 EVP (équivalent vingt pieds) en 2005.

À titre d’exemple, le port autonome de Lomé (PAL) vient d’acquérir en mars 2006 deux grues portuaires qui disposent d’une force de levage de 104 tonnes. Ces équipements sont destinés à accompagner l’extension et l’exploitation du terminal qui connaît une rapide expansion régionale et couvre les besoins de nombreux pays comme le Niger, le Mali ou le Burkina Faso. Ce projet va permettre d’accueillir les navires de grande capacité et d’attirer ainsi les flux en transbordement, notamment ceux en provenance d’Asie.

Le tourisme :

Plus petit État de l’Afrique de l’Ouest francophone, le Togo séduit par l’étonnante diversité de ses paysages pour un si menu territoire et l’hospitalité de ses habitants. Partout, du nord au sud, on accueille les visiteurs d’un « Bonne arrivée, soyez les bienvenus » ou « Woezon ».
Qualifié jusque vers la fin des années 1980 de « petite Suisse de l’Afrique », le Togo a depuis dû essuyer une séquence de violences politiques dont il se relève doucement, toute une génération, celle qui a connu les effroyables moments de répression du pouvoir de 1990 à 1994, se jugeant sacrifiée.
En dépit de cette situation, le Togo offre pour le voyageur un visage paisible, presque rural, aux cultures traditionnelles encore prégnantes. Même la capitale semble épargnée par l’urbanisation infernale qui caractérise nombre de grandes villes africaines. Et, en s’enfonçant plus au nord du Togo au gré de routes souvent en piètre état, on découvre un territoire encore riche d’une nature foisonnante, semé de collines, de forêts, de savane arborée.

En savoir plus : http://www.republicoftogo.com/Toutes-les-pages-CMS/L-etat/Gouvernement