LE NEPAD

Nouveau Partenariat pour le développement en Afrique

Pays membres : Afrique du Sud, Nigéria, Sénégal, Algérie, Egypte, Burkina – Faso, Cameroun, Gabon, Ethiopie, Kenya, Mozambique, Ile Maurice, Zambie (pays qui préside actuellement l’OUA).

But : Relancer l’économie du continent. En effet, les pays les plus riches de la planète se sont engagés à Gènes en 2001, à soutenir les initiatives des pays les plus pauvres.

L’idée : « Stratégie pour le développement de l’Afrique, pensée par les Africains, au profit des Africains ».

Une condition majeure à été mise : leur aide sera liée à la bonne gouvernance et à la lutte contre la corruption. Les actions devront être menées par obligations mutuelles.

6 thèmes sont prioritaires :

1) La paix et la sécurité.
2) Le développement humain.
3) La croissance.
4) L’intégration régionale.
5) Le développement des infrastructures.

Du 15 au 17 avril 2002, s’est déroulée, la 1ère conférence internationale sur le financement du NEPAD.

Des secteurs ont été déterminé comme prioritaires :

1) Les infrastructures.
2) L’énergie
3) Les nouvelles technologies et la communication.
4) L’agriculture.
5) L’environnement.

Le NEPAD est appelé à être géré directement par l’UA par le biais des organes dirigeants.
Le tout devra être lié à une bonne gouvernance, aux règlements des conflits, et à la Démocratie.

Comment ? en comblant le retard qui sépare l’Afrique des pays développés. En effet, l’Afrique ne représente que 17% du commerce international, il faut donc transformer les relations entre l’Afrique et le reste du monde.

Actions à mener :

1) Favoriser les échanges au sein du continent.
2) Réduire les maladies endémiques.
3) Diminuer le prix des médicaments.
4) Généraliser l’école primaire.
5) Réduire la mortalité infantile des 2/3 et la mortalité maternelle des ¾.

Pourquoi ? L’Afrique est le continent le plus pauvre et 20% de la population africaine vit sous des conditions de conflits (concerne les zones les plus pauvres).

Sachant qu’un conflit coûte 2% de la croissance économique, on comprend aisément comment la dette s’est accrue.